Le Testament noir de Jean-Luc Aubarbier

Je viens de terminer le Testament noir et je ne sais pas trop quoi en dire. C’est fou qu’un livre puisse rendre aussi perplexe. L’histoire commence comme un bon Indiana Jones : avec une crise politique (ici, les attentats du 11 septembre) et les méchants nazis (ah ces fameux allemands!). Puis, il y a les services secrets. Alors vu que nous sommes en France, nous avons aussi opté pour l’univers fantasmé des Francs-maçons. Il y a le Père (il meurt rapidement et c’est un peu le déclencheur de tout le bordel dans la vie de son fils), le fils – Pierre – ainsi que sa compagne Marjolaine. Bim! Ils partent à l’aventure pour essayer de récupérer la lance de Mahomet (ouais, rien que ça!). Parce qu’il faut bien l’avouer, mieux vaut la lance entre leurs mains qu’entre les mains des musulmans du monde entier. Non ?

Le roman est compcouv3106862osé sur deux étages : l’époque actuelle – celle du couple aventurier – et celle du passé où les méchants nazis se sont alliés à Jérusalem pour obtenir la lance. Je trouve ce concept toujours très intéressant mais surtout très dangereux. Pourquoi ? Parce qu’il faut savoir utiliser ces flashbacks avec justesse et surtout, il ne faut pas délaisser une époque pour en favoriser l’autre. Je vois dans l’écriture de Jean-Luc Aubarbier une belle tentative mais je dois avouer que certains passages passent à la trappe. Cela nous donne l’impression que tout se passe un peu trop vite pour être réaliste.

Par ailleurs, les parallèles trouvés et élaborés par Jean-Luc Aubarbier sont intéressants, tout comme la structure du roman. Mais on reste hélas rapidement sur sa fin. Le tout manque de crédibilité et les personnages sont beaucoup trop niais pour qu’on s’y identifie. Du coup, assez difficile pour moi de rentrer dans une histoire à laquelle je ne crois pas. Je me suis accrochée ! J’ai essayé de m’y accrocher mais impossible !

Je suis plus que perplexe parce que je vois dans le projet de Jean-Luc Aubarbier d’excellentes idées et surtout des idées originales … J’y vois aussi un excellent style. Mais, je vois également une envie pressante de terminer ce roman qui aurait pu – pour nous les gourmands – s’allonger, s’étendre pour nous faire languir. Eh oui Monsieur Aubarbier, c’est toujours bon de faire languir et réfléchir ses lecteurs quand on se lance dans une telle aventure. 😉

Par ailleurs, je ne peux m’empêcher de penser que je lirai un autre roman de Jean-Luc Aubarbier par curiosité mais également parce que ses idées me semblent plus que bonnes. On se dit à tantôt du coup, OK ? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s